QUI NOUS SOMMES
Patriarcat abrahamique

Premier patriarcat familier héréditaire unique sacré

Avertissement extrêmement important:
Pour que les gens ne tombent jamais dans le piège de juger sans savoir je viens ici pour clarifier quoi et qui nous donne une légitimité totale et notre autorité mondiale devant les nations

1- Le patriarcat abrahamique est héréditaire
C’est le patriarcat primordial de l’humanité et des nations
(avant tout le système religieux actuel)
2- Le patriarche et le patriarcat abrahamique n’ont besoin de la reconnaissance d’aucun système religieux formel, exemples:
Vatican, rabbinats ou autorités islamiques
3- Le Patriarcat abrahamique est déjà justifié et reconnu par les Saintes Écritures, Il vient de la famille Bilhan, un nom qui est cité dans les Saintes Écritures, où sa mère, grand-père, arrière-grand-mère, etc. descendent directement, et parce qu’il est né d’un ventre benjaminite (la mère définit la tribu) où le petit-fils de Benjamin, le fils de Jediael, s’appelait Bilhan.
1 Chroniques 7.10
4- Le patriarcat abrahamique ne peut être restauré que par Elias / Elyauh
Matthieu 17: 10-13
5- La mission du Patriarcat abrahamique est de réconcilier la famille abrahamique, entre les descendants des enfants d’Ismaël et d’Isaac, afin que nous acceptions œcuméniquement les membres de toutes les institutions religieuses issues des religions abrahamiques.

Alors ne cherchez pas la reconnaissance juive, parce que nous nous considérons comme des Israélites abrahamiques (célestes), ne cherchez pas la reconnaissance du Vatican ou d’autres institutions, parce qu’ils sont venus après Notre Famille Sacrée et comme tout est plein de détails, beaucoup utilisent la mauvaise foi pour jouer les gens pour cette raison, nous ressentons le besoin d’expliquer en détail, qui nous sommes et quoi et qui nous justifie et où notre reconnaissance est écrite, les Saintes Écritures et sur l’acte de naissance du patriarche abrahamique.

Merci beaucoup pour votre précieuse attention!

L’alliance entre le Créateur et mon ancêtre direct Abraham:

La tradition de la circoncision a été maintenue depuis les origines du peuple juif, comme un autre élément de l’alliance conclue avec Dieu. D’après le passage biblique, Dieu aurait dit: «Et voici mon alliance, qui sera observée entre moi et vous, c’est-à-dire votre race après vous: que tous vos mâles soient circoncis. (…) Mon alliance sera marquée sur votre chair comme une alliance perpétuelle ». Avec la perpétuation de ce rituel, l’alliance entre le peuple hébreu et leur Dieu a été maintenue. Par curiosité, avant le moment de la circoncision, Dieu a même ordonné le changement du nom d’Abram et de sa femme, car, comme Abraham, Dieu ferait de lui le père d’une multitude de nations et Saraï s’est appelée Sara, dont le sens est princesse

Voyons maintenant si Abraham ou le patriarcat abrahamique dépend de la reconnaissance du Vatican, du rabbinat ou de toute institution de foi abrahamique pour être légitimes.

Quelle était la foi d’Abram / Abraham?

La justification d’Abraham (Romains 4: 1-25)

Paul a clos le chapitre 3 en déclarant que la foi confirme et n’annule pas la loi. Il poursuit son argumentation en citant l’exemple du père de l’alliance, Abraham. Tous les Juifs respectaient profondément le père de leur nation. Montrant qu’Abraham était justifié par la foi, non par les œuvres de la loi, Paul renforce sa défense de l’Évangile parmi les Juifs.

Abraham justifié par la foi (1-8)

Abraham a-t-il été justifié par des œuvres de mérite, recevant un juste salaire pour ses œuvres? Non! Dieu a accepté sa foi à la place de la justice parfaite. Ainsi, Abraham a reçu la faveur de Dieu (grâce) et n’a pas reçu de salaire dû pour le service du Seigneur (1-4). Quand une personne fait confiance à Dieu, croyant justifier les méchants, Dieu accepte la foi à la place de la justice (5).

David, un autre homme très respecté parmi les Juifs, a compris qu’un homme béni est celui qui reçoit le bénéfice de la grâce de Dieu, le pardon de ses péchés (6-8). Nous nous souvenons que Paul a cité plusieurs psaumes pour montrer la culpabilité de l’homme (3: 10-18); cite maintenant le psalmiste pour montrer la dépendance de chacun à la grâce de Dieu.

Gentils sauvés par la foi (9-15)

Le père des Juifs était justifié par la foi. Comment, alors, les Gentils seraient-ils justifiés? Par la loi? Non! Ils peuvent également être sauvés par la foi.

La circoncision ne sauve pas (9-12). Abraham a reçu la grâce de Dieu par la foi avant d’être circoncis (voir Genèse 12, où il a reçu les promesses, et Genèse 17, où il a reçu l’ordonnance de la circoncision 24 ans plus tard). La circoncision seule ne sert à rien devant Dieu. L’obéissance est nécessaire, marchant «sur les traces de la foi qu’avait Abraham… avant d’être circoncis» (12).

La loi ne sauve pas (13-15). Ni Abraham ni ses descendants n’ont reçu la faveur de Dieu par la loi. Si l’héritage appartenait exclusivement à ceux de la loi, la promesse et la foi seraient annulées (voir Galates 3: 16-18). La loi suscite la colère (15), apportant la connaissance du péché (3:20) et mettant fin à tout sous le péché (Galates 3:22). Nous verrons plus à ce sujet à partir de 5:13.

Père de ceux qui croient (16-25)

Abraham est le fa de tous ceux qui sont de la foi, et pas seulement de ceux qui ont reçu la loi (16-20). Le même Dieu qui a ressuscité une nation à un homme «mort» (19; voir Hébreux 11:12) peut ressusciter une nation sainte parmi des gens déjà considérés comme morts par les Juifs. (Le même texte qui apporte l’ordre originel de la circoncision, comprend également la promesse au vieil Abraham qu’il serait le père du fils de la promesse et qu’il serait le père de nombreuses nations – Genèse 17).

Abraham croyait, même en des promesses qui semblaient impossibles, parce qu’il faisait confiance à Dieu Tout-Puissant (20-21). Dieu a accepté la foi d’Abraham comme justice (22).

Le même principe s’applique à tous ceux qui croient aux promesses «impossibles» de Dieu, en particulier à la résurrection de Jésus, à quelle tribu il appartient indéniablement, la tribu de Benjamin à travers le Pedigree Bilhan Ha Benjamin, c’est-à-dire la Maison de Benjamin, la plus aimée fils de Jacob

Benjamin

Benjamin était, selon la Bible, le plus jeune fils de Jacob ou d’Israël avec sa femme Rachel, qui meurt en couches.

Benjamin était le seul frère maternel de Joseph, qui deviendrait plus tard le gouverneur de l’Égypte. C’est des descendants de Benjamin que le premier roi d’Israël, Saül, est apparu.

Selon le récit biblique, le nom de Benjamin a été donné par son père Jacob, car avant de mourir en couches, sa mère Raquel avait donné à son fils le nom de Benoni, qui signifie «fils de mon affliction». Cependant, Jacob l’a appelé Benjamin, ce qui signifie «fils prospère».

Benjamin, fils de Jacob
Voir aussi Israël; Jacob, fils d’Isaac

Dans l’Ancien Testament, le deuxième fils de Jacob et Rachel
(Genèse 35: 16-20).

LA TRIBU BENJAMIN
Jacob a béni Benjamin (Genèse 49:27). Les descendants de Benjamin étaient une race guerrière. Deux Benjaminites importants étaient Saül, le premier roi d’Israël (1 Sam. 9: 1–2), et Paul, l’apôtre du Nouveau Testament (Rom. 11: 1).

Alors, qui a cette lignée prouvée et reconnue par le simple fait de la mère (qui définit la tribu de l’enfant)

Et le fils de Jediael: Bilhan

1 Chroniques 7:10

Ma mère est née:
Bilhan, sa mère et sa grand-mère etc… était Bilhan… ..
Je crois que je n’ai pas besoin d’expliquer l’évidence….

Merci de votre attention